«Je suis à nouveau fleuriste à plein temps plutôt que livreur à temps partiel»

Rik est le propriétaire de l’atelier floral De Seranno, à Merksem : une boutique forte de trois décennies d’expérience et qui jouit donc d’un prestige incontestable. Très attaché à la qualité des produits, le magasin De Seranno place la créativité et l’originalité au cœur de ses valeurs. Qu’il s’agisse de bouquets artistiques ou d’articles de décoration intérieure, Rik s’efforce de surprendre ses clients jour après jour en proposant des créations soignées et élégantes.

Fastidieux

« Je dois assurer des livraisons tous les jours, explique Rik. Avant, je faisais tout moi-même. Certains jours, je pouvais me faire remplacer au magasin, mais lorsque ce n’était pas le cas, je me retrouvais seul pour tout faire. Pour pouvoir mener à bien toutes mes livraisons, je partais tôt le matin, en priant pour ne pas tomber dans un embouteillage. Ou alors je sautais dans ma voiture après la fermeture. Quant aux livraisons à proximité, je les insérais dans ma pause de midi. Dans tous les cas, je devais jongler avec mon emploi du temps, ce qui est toujours fastidieux.

À présent, je confie presque toutes mes livraisons à bringr. Ainsi, le magasin ne doit plus jamais fermer à l’improviste. Et je peux à nouveau consacrer plus de temps à la confection des bouquets ou aux soins à apporter aux plantes. Je suis redevenu fleuriste à plein temps plutôt que livreur à temps partiel. »

Frais de livraison

Pour Rik, les services de bringr sont synonymes de gain de temps et de tranquillité d’esprit, mais aussi d’avantage financier. « Je demandais 4 € pour les livraisons dans la même commune et 2 € supplémentaires par commune voisine, par exemple, nous explique-t-il. Désormais, je facture simplement le prix de bringr aux clients. C’est transparent pour eux et je ne dois plus tenir compte de cette variable dans mes calculs. »

Abonnements le lundi

Rik continue toutefois de prendre en charge les livraisons des abonnés. « J’assure l’approvisionnement en fleurs fraîches de certaines grandes entreprises d’Anvers, par exemple Monsanto, Exxon et quelques sociétés d’entreposage. » Lorsqu’il livre de nouvelles fleurs, Rik reprend les anciennes ainsi que le vase. Ses clients n’ont ainsi pas à s’en soucier. « Les livraisons que j’assure moi-même restent les plus efficaces. Pour me remplacer, un livreur bringr devrait faire deux aller-retour : d’abord tout collecter, puis livrer les produits et enfin me rapporter les vieilles fleurs… Tandis que moi, je rentre de toute façon au magasin après une livraison. »

Mais ces trajets restants ne sont pas une source de stress pour Rik. « C’est totalement différent d’une commande de dernière minute. Ces abonnements sont très faciles à organiser. De plus, je fais ma tournée des entreprises le lundi, c’est-à-dire le jour de fermeture du magasin. Et le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi, le samedi et le dimanche, les livraisons ponctuelles sont assurées par les livreurs bringr. »

Problèmes

Nous demandons à Rik s’il a déjà rencontré des problèmes avec un livreur ou une livraison. « Des problèmes, jamais. Il y a parfois eu quelques malentendus. Ainsi, un livreur qui avait emmené trois livraisons à la même adresse pensait qu’il serait payé trois fois. J’ai pris contact avec bringr, qui a expliqué la situation au livreur. Car je tiens à le souligner : lorsqu’on appelle bringr, on n’est pas redirigé vers un service de Bpost, on est en contact avec les collaborateurs de bringr. En ligne directe. En cas d’incertitude ou de difficulté, vous vous efforcez de trouver une solution immédiatement. Cela renforce les liens de confiance. »

Bien plus de livreurs ces derniers mois

Rik nous raconte son histoire avec le sourire. Nous en concluons donc que tout semble aller pour le mieux dans l’atelier floral De Seranno. Et Rik semble penser la même chose de nous : « Les affaires vont bien pour vous, n’est-ce pas ? », nous lance-t-il. Utilisateur de bringr depuis plus d’un an, Rik nous explique avoir constaté une nette hausse du nombre de livreurs ces derniers mois. « En septembre (2016, ndlr), il y avait encore un certain délai lorsque j’introduisais une demande, mais à présent, je trouve toujours un livreur dans les 5 minutes. Je n’ai même plus à me faire du souci pour les livraisons longue distance. »

Au fait, l’atelier floral anversois De Seranno est-il régulièrement contacté depuis la Flandre-Occidentale ? « Depuis Bruxelles, par exemple, cela arrive souvent. Avant, je devais confier les livraisons longue distance à Fleurop-Interflora, une plate-forme internationale avec laquelle je travaille. Elle garantit les livraisons dans toute la Belgique pour 10 €. C’est toujours bien de pouvoir dépanner un client de la sorte, mais cela ne me rapporte pas grand-chose. En plus, si je tiens ce commerce, c’est pour une bonne raison : pour pouvoir réaliser des créations florales attrayantes, pas pour passer mon temps à gérer le transport et les sous-traitances. »

De grands changements

« À la réflexion, beaucoup de choses ont changé depuis que j’utilise bringr, observe Rik d’un air pensif. Je dois stresser ma boutique pour pouvoir effectuer des livraisons avant ou après les heures d’ouverture. Je peux accepter des commandes que je refusais par le passé, car l’adresse était trop éloignée. Et je ne dois plus sous-traiter les aspects artistiques de mon travail. C’est fou de se dire que tout cela a pu arriver grâce à Bpost, une société que l’on n’associerait pas avec mon histoire de prime abord. Je suis agréablement surpris de constater que Bpost travaille à des services tels que bringr », conclut Rik. « Cela traduit de leur part une approche dynamique de la modernisation des services de transport et de logistique. »

Cela vous intéresse ?

Indiquez votre numéro de téléphone ou votre adresse e-mail et un membre de l’équipe bringr vous contactera.

Intéressé par bringr? Envoyez votre premier colis dès aujourd’hui.

  • Télécharge dans l'App Store
  • Disponible sure Google Play
  • Disponible sure ordinateur